Quelques pistes pour une communication responsable

Il est prouvé que 63 % des français ont davantage confiance en une société qui propose des produits durables. Cependant, cela s’applique également à la communication de ces derniers. 

C’est grâce à une étude de La Poste x Quantis que nous savons aujourd’hui que la communication print est moins polluante que la communication numérique, des résultats qui bousculent les idées reçues. Néanmoins, ces deux types de communications pourraient être améliorés afin d’être plus écologiques.

Qu’est-ce qu’une communication responsable ? 

La communication responsable consiste à prendre en considération les aspects sociétaux et environnementaux pour toute forme de communication (publicité, marketing, relations publiques…) des entreprises ou autres organisations. 

Une communication responsable se déploie en plusieurs étapes : 

  • Définition des engagements “responsable” dans les différents pôles de l’entreprise afin que tout le monde puisse adopter une stratégie de communication liée aux nouveaux enjeux. 
  • Construction d’un plan d’action communication et marketing en dosant sur les bons canaux de communication print et numérique. On parle donc de ciblage canal. 
  • Mesure de la satisfaction client, des résultats des campagnes et ensuite on recommence! 
 

Il existe plusieurs solutions pour avoir une communication responsable

Communication responsable

Une communication responsable en version print 

Afin de se diriger vers une communication print responsable, il faut :

  • Améliorer le ciblage et l’adressage de la communication afin de maximiser le taux de lecture pour éviter les envois inutiles et le gaspillage. Affiner le ciblage permet de solliciter uniquement les clients intéressés par l’offre ou le contenu de l’opération, ce qui va alors avoir un effet positif sur la pertinence de la stratégie commerciale, la pression commerciale et les coûts liés à l’envoi des campagnes. Personnaliser les campagnes publicitaires permet de mieux cerner le client et de lui proposer un contenu qui l’intéresse. Cela le fidélise, augmente les ventes de l’enseigne, permet de faire des économies et  c’est un pas pour protéger l’environnement. (Si l’on ajoute de l’ultra-personnalisation dans les campagnes, les résultats grimpent).
  • Choisir le bon papier ! En effet, c’est une étape importante afin d’arriver à une communication responsable. D’un point de vue écologique, tous les papiers ne se valent pas. Consommatrice d’eau et d’énergie, leur fabrication à base de fibres de bois peut nécessiter l’ajout d’additifs chimiques pour obtenir certaines finitions (brillant, glacé, mat…), inutile de préciser que ce type de papier n’est pas des plus vertueux. Il faut choisir des papiers labellisés ou recyclés :

– Le label mondial FSC et le label européen PEFC certifient que le bois utilisé dans la fabrication du papier provient de forêts gérées durablement.

– L’écolabel européen et l’écolabel français « papier transformé » (NF527) garantissent la réduction des émissions dans l’eau et dans l’air et la limitation de la consommation d’énergie au cours de la production, l’utilisation exclusive de fibres recyclées ou vierges provenant de forêts gérées de façon durable, la recyclabilité des produits et la limitation des déchets.

– Le papier recyclé contient entre 50 % et 100 % de fibres issues de déchets de papier imprimé. Il peut être désencré et blanchi. Mais le plus vertueux est le papier 100 % recyclé, non désencré et non blanchi, reconnaissable à sa couleur gris-beige.

Le grammage a aussi son importance. Plus le papier est épais, plus la quantité de matières premières nécessaires à sa fabrication est importante. Le choix du grammage de votre papier aura donc un impact écologique. Parlez-en à vos partenaires imprimeurs. 

 

Une communication responsable en version numérique

Pour une communication numérique plus soucieuse de l’environnement, il faut :

  • Optimiser l’hébergement. Il faut réduire le nombre de serveurs et héberger les données dans des datas centers moins énergivores, réduire le poids des emailing, application ou vidéos, éco-concevoir et amortir les matériels et optimiser leur consommation électrique.
  • Améliorer la phase de transmission. Il faut réduire le poids des images, des pièces jointes, des pièces jointes, ect. 
  • Limiter l’augmentation des flux de données liée au marketing digital.
  • Opter pour le #zerocarbonmail ! Le but est de fournir aux expéditeurs commerciaux le moyen de préciser la date d’expiration de leurs messages. Sachant que lorsqu’un annonceur effectue une campagne email, on considère qu’après 48 à 72h, 99% des clics ou des ouvertures seront atteints. Au-delà de cette limite, il y a très peu de chances pour que le mail soit ouvert ou lu. De plus, la plupart du temps la promotion, le message et les produits présentés seront obsolètes au bout de quelques jours. La solution est toute trouvée : au moment de l’envoi du mail, il suffit de choisir une date d’expiration. Cette brillante idée nous vient de Badsender, des passionnées d’emails marketing et d’eCRM ! Limiter les envois en ciblant est important, mais il faut trouver des solutions pour ce qui sera quand même envoyé, c’est ce qu’ils ont fait ! 

Pour en savoir plus sur le #zerocarbonmail, cliquez ici

 

Nuukik pour une communication respectueuse de l’environnement 

Nuukik vous aide à cibler vos clients, que ce soit en print ou en numérique. Pour ce faire, nous utilisons l’Intelligence Artificielle afin de comprendre les envies et besoins de vos clients et personnaliser votre communication en 1to1, ce qui va générer de l’intérêt et donc augmenter naturellement les ventes ou le trafic en magasin.

À titre d’exemple, Blancheporte a pu envoyer 50 000 catalogues différents à leurs plus fidèles clientes. Ce catalogue personnalisé a généré 35% de ventes supplémentaires, un panier moyen augmenté de 7% et a contribué à apporter du trafic sur le site e-commerce de la société. 

Léco-communication permet un ciblage plus précis : En ciblant des audiences plus qualifiées, vous parvenez à diminuer vos coûts d’acquisition tout en diminuant votre empreinte carbone : vous êtes gagnant sur les deux tableaux.

L’éco-communication permet de diminuer les quantités de matières premières utilisées : En favorisant des graphismes utilisant moins d’encre et des supports utilisant moins de papier, vous diminuez les quantités de matières premières à acheter. 

L’éco-communication permet de toucher de nouvelles audiences : En promouvant une communication plus responsable, vous attirez des audiences qui pouvaient auparavant ignorer vos produits et services, ce qui génère pour votre entreprise des revenus additionnels.

 

Source :

https://atelierplumes.fr/comment-limiter-impact-ecologique-communication-print/

https://www.badsender.com/2021/03/23/zerocarbonemail-date-peremption-email/

Etude La Poste x Quantis : https://solutionsbtob.laposte.fr/mediapositiveimpact

Pour plus d’informations, contactez-nous !

 

Back to top